Blogue

Ne jamais envoyer de photos nues. Mais encore?


En mars, Cyberaide.ca a lancé une campagne nationale — C’est pas tes photos nues? Ne les partage pas! — pour rappeler à tous qu’il est illégal de retransmettre un sexto sans consentement.

Cette campagne a fait beaucoup de bruit sur les médias sociaux. Certains ont prétendu qu’il s’agissait plutôt d’une question d’ordre moral; d’autres se sont moqués de la familiarité du propos. Mais beaucoup ont simplement fait remarquer qu’à la base, il ne faut jamais envoyer de photos nues. C’est vrai : le meilleur moyen de ne pas se faire prendre au piège de la sextorsion ou du sextage, c’est de ne jamais envoyer de photos nues. Quand des ados envoient des photos nues, ils n’ont plus aucun contrôle sur ce qu’il en adviendra.

Mais on ne se contentera pas de leur dire de ne jamais envoyer de photos nues. Beaucoup d’ados ne s’en empêcheront pas pour autant. De nos jours, le monde numérique et le monde réel s’interpénètrent au point que l’exploration de l’intimité et l’éveil à la sexualité chez les ados passent inévitablement par la technologie. Une étude parue en 2018 dans Journals of the American Medical Association, Pediatrics, rapporte qu’un adolescent sur sept a déjà envoyé un sexto et qu’un sur quatre en a déjà reçu un. C’est irréaliste de penser que les ados écouteront si on se contente de leur dire « ne faites pas ça ». En revanche, on peut leur expliquer pourquoi CE N’EST PAS UNE BONNE IDÉE.

Mais à quoi pensent-ils donc?

Prenons un peu de recul et demandons-nous au fond POURQUOI les ados s’envoient des photos nues? Du point de vue scientifique, la puberté stimule leur propension à expérimenter, leur curiosité par rapport à la sexualité et leur désir sexuel. Leur cerveau, lui, les prédispose à interagir socialement, et leurs décisions sont fortement influencées par leur besoin d’acceptation et d’appartenance. Ainsi, lorsqu’une ou un ado se fait demander une photo par une fille ou un gars qui lui plaît, ce qui se passe dans son corps et son cerveau crée des conditions propices à la prise de cette photo.

Ajoutons à cela que les ados sont des êtres impulsifs, qu’ils vivent dans le présent et qu’ils ne sont pas portés à penser aux conséquences. Leur cerveau n’ayant pas encore atteint son plein développement, ils ne saisissent pas bien pourquoi ils devraient s’abstenir d’envoyer des photos ou des vidéos intimes, ou alors ils pensent que cela ne s’applique pas à eux et qu’ils n’ont rien à craindre.

Que dire alors?

Il est important de discuter ouvertement des risques avec vos ados, mais aussi d’aborder plus en détail la question de l’envoi et de la réception de sextos :

  • «⁥Voici les problèmes que tu peux avoir si tu retransmets un sexto sans consentement.⁥» — Comme nous l’avons souligné dans notre campagne, un tel geste peut valoir à son auteur une accusation de distribution non consensuelle d’une image intime. Pour plus de détails sur les lois canadiennes en la matière, cliquez ici.

    Un bon moyen d’aborder cette question avec vos ados est de vous servir d’histoires vécues par d’autres ados et rapportées par les médias. Un ado risque moins d’être sur la défensive si l’histoire n’a rien à voir avec lui. Inspirez-vous de ces articles.

  • « Quand on partage la photo de quelqu’un, voici ce qui peut lui arriver. » — Les ados étant centrés sur eux-mêmes, ils ne réalisent pas toujours le mal qu’ils peuvent causer à autrui. Les ados doivent comprendre que le fait de retransmettre un sexto peut causer de graves problèmes à la personne qui l’a envoyé en premier lieu. Cela peut plonger la victime dans une détresse psychologique immense. Il y a des cas extrêmes où les victimes ont eu des pensées suicidaires suite au partage d’une photo ou d’une vidéo intime; certaines se sont même, hélas, enlevé la vie.
  • « N’envoie jamais de photos nues; à la place, envoie un rat-taupe nu. » — Lorsqu’un ado se fait demander avec insistance d’envoyer un sexto (ou de partager un sexto qu’il a reçu), un bon moyen de se sortir de cette situation inconfortable est d’envoyer quelque chose d’autre à la place. Dirigez vos ados vers le site TeFaisPasSextorquer.ca où ils pourront télécharger des gif et des mèmes de rat-taupe nu (vous comprendrez tout quand vous verrez à quoi ça ressemble).

  • « Ne demande jamais de photos nues. » — Il est important d’expliquer la différence entre une relation saine et une relation malsaine. Rappelez à vos ados que dans une relation saine, on ne pousse pas son petit ami ou sa petite amie à parler de sexe ou à partager des photos ou des vidéos intimes.

    Expliquez à vos ados qu’il est important de respecter les autres et que cela implique entre autres de s’abstenir de partager des détails ou des photos/vidéos intimes sans le consentement de la personne concernée. Autrement dit, il faut traiter les autres comme on voudrait soi-même être traité.

  • « Si tu as des ennuis, je serai là pour toi. » — Votre premier réflexe sera peut-être de vous mettre en colère, mais tâchez de rappeler à votre ado qu’il n’est jamais trop tard pour demander de l’aide, même s’il a commis une erreur ou s’il a honte de ce qui s’est passé.

    Si votre ado a perdu le contrôle d’un sexto, consultez le site AidezMoiSVP.ca ou contactez Cyberaide.ca.